Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui...

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix
- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.

- Si vous n'avez jamais été dans la peur et le danger d’une guerre, d'un bombardement, de terrains minés, d’enlèvements par des groupes armés, vous êtes mieux que 1 milliard de personnes.
- Si vous pouvez parler et agir en accord avec votre foi et vos convictions, sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre.
- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.
- Si vous lisez ce message, vous êtes vraisemblablement une personne chanceuse!
(Texte derivé de "State of the Village Report" de Donella Meadows)

RÉFLEXION

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix

Accueillir le Royaume de Dieu en petit enfant


Ce n’est pas la misère en soi qui est belle, mais le fait que la personne frappée par la misère garde sa beauté. On ne peut utiliser le Beau dans la relation avec la souffrance que si l’on a assumé en soi la conscience du sacré de la personne ? Elle est piétinée, maltraitée, souillée, mais c’est une personne, un être capable de connaissance, de choix, d’amour !
On peut avoir sans être. Quand on a toutes les sécurités, on peine à s’en détacher et à passer à l’être. Le détachement du coeur est un exercice difficile qui demande une conversion, quel que soit notre statut social
Il va falloir savoir aimer, consentir à apprendre à aimer
. Combien cela est autre exigence que l’instinct ! C’est exigence de liberté. Et de cette liberté la plus extrême, la liberté volontaire pour se livrer, pour se lier
365 méditations -Paroles de vie de l’Abbé Pierre

Publié par GW

Transmis par Serge Landry Bigoundou (Libreville, Gabon)

Bonjour P.G.

A l’occasion des 40 ans des communautés d'Akébé, est-ce possible d’avoir une interview de toi au sujet de la création des communautés, en nous envoyant une vidéo par facebook ?

En tant que témoin oculaire !

 

 

1973 - 2013 : les communautés des Rois Mages ont 40 ans !

Voici une petite interview :

 

Et en même temps, voici  un article que j’avais écrit en cette époque heureuse... :

 

Le plaisir de vivre en communauté

 

« Il va falloir bombarder les paroisses existantes pour les faire éclater en petites communautés à taille humaine » 2

 

C’est le Cardinal Malula, archevêque de Kinshasa qui parle. D’une certaine façon, nous avons eu de la chance aux Rois Mages. C’est une grande paroisse, mais elle est  relativement récente : le premier baptême a eu lieu le 19 janvier 1964, et il n’y a pas eu besoin de « bombarder » car il n’y avait pas beaucoup de structures bien établies en 1970. Pendant la guerre du Biafra, l’évacuation des enfants sur Libreville avait mobilisé toutes les énergies du curé. Il avait travaillé à la construction d’un hôpital qui devait recueillir ces enfants.

C’est donc tout naturellement que les communautés se sont construites, petit à petit, au fur et à mesure que les chrétiens de ce vaste quartier, Akébé, ont pris conscience qu’ils ne pouvaient pas se connaître tous. Je crois que le tour de la paroisse doit bien faire une vingtaine de kilomètres.

Alors, que ce soit au niveau des enfants, des jeunes ou des adultes, c’est automatique : les enfants d’un même quartier se retrouvent naturellement ensemble. Ils ne vont pas faire des kilomètres pour aller se retrouver avec ceux qui habitent à l’autre bout d’Akébé. Ils forment leur équipe là où ils habitent, ce qui donne chaque année une vingtaine d’équipes environ. Et il en va de même pour les jeunes et les adultes. La communauté n’est pas imposée : les chrétiens se retrouvent d’eux-mêmes, au moins ceux qui ont le désir de vivre leur foi dans des cellules à taille humaine.

Il faut noter ici un paradoxe, et c’est sans doute l’exception qui confirme la règle :  certaines personnes font des kilomètres chaque semaine, pour rejoindre leur communauté. Après avoir déménagé, certains vont quand même traverser toute la ville, la nuit, pour participer à la réunion de « leur » communauté, celle dont ils faisaient partie  avant de déménager.

Ainsi se vérifie ce qu’écrivait déjà Monseigneur Zoa, archevêque de Yaoundé, en 1973 : « Dans ces communautés, les hommes apprennent à se connaître concrètement et à organiser les solidarités vraies existantes. Ils assument leurs responsabilités pour un salut commun. »

Les hommes apprennent à se connaître concrètement : la communauté devient une deuxième famille où il fait bon se retrouver. Nous vivons cela aux Rois Mages tous les jours !

                                                                                Père Gérard

 

(Retrouvez cet article dans : http://joie-en-communaute.over-blog.com/ )

 


2 Voici toute la phrase du Cardinal Malula : « Il va falloir bombarder les paroisses existantes pour les faire éclater en petites communautés à taille humaine ; c’est au sein de ces communautés que les laïcs vivront leur vie chrétienne en véritables témoins du Christ, exerçant divers ministères en faveur de ces communautés ». Cf. L’Eglise à l’heure de l’Africanité, Conférence du Cardinal Malula à 150 prêtres de son diocèse, le 26 novembre 1973. Cité dans Spiritus n° 69, p. 355.

1973 - 2013 : les communautés des Rois Mages ont 40 ans !

En 1983, pour fêter leur dix ans, les communautés qui existaient alors ont écrit leur histoire.

Voir fichier joint  !

1973 - 2013 : les communautés des Rois Mages ont 40 ans !

Commenter cet article