Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui...

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix
- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.

- Si vous n'avez jamais été dans la peur et le danger d’une guerre, d'un bombardement, de terrains minés, d’enlèvements par des groupes armés, vous êtes mieux que 1 milliard de personnes.
- Si vous pouvez parler et agir en accord avec votre foi et vos convictions, sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre.
- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.
- Si vous lisez ce message, vous êtes vraisemblablement une personne chanceuse!
(Texte derivé de "State of the Village Report" de Donella Meadows)

RÉFLEXION

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix

Accueillir le Royaume de Dieu en petit enfant


Ce n’est pas la misère en soi qui est belle, mais le fait que la personne frappée par la misère garde sa beauté. On ne peut utiliser le Beau dans la relation avec la souffrance que si l’on a assumé en soi la conscience du sacré de la personne ? Elle est piétinée, maltraitée, souillée, mais c’est une personne, un être capable de connaissance, de choix, d’amour !
On peut avoir sans être. Quand on a toutes les sécurités, on peine à s’en détacher et à passer à l’être. Le détachement du coeur est un exercice difficile qui demande une conversion, quel que soit notre statut social
Il va falloir savoir aimer, consentir à apprendre à aimer
. Combien cela est autre exigence que l’instinct ! C’est exigence de liberté. Et de cette liberté la plus extrême, la liberté volontaire pour se livrer, pour se lier
365 méditations -Paroles de vie de l’Abbé Pierre

Publié par GW

11 avril 2014

« Les œuvres bonnes »

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,31-42. 
Les Juifs allèrent de nouveau chercher des pierres pour lapider Jésus. 
Celui-ci prit la parole : « J'ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider ? » 
Les Juifs lui répondirent : « Ce n'est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, c'est parce que tu blasphèmes : tu n'es qu'un homme, et tu prétends être Dieu. »
Jésus leur répliqua : « Il est écrit dans votre Loi : J'ai dit : Vous êtes des dieux. 
Donc, ceux à qui la parole de Dieu s'adressait, la Loi les appelle des dieux ; et l'Écriture ne peut pas être abolie. 
Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : 'Tu blasphèmes', parce que j'ai dit : Je suis le Fils de Dieu. 
Si je n'accomplis pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. 
Mais si je les accomplis, quand bien même vous refuseriez de me croire, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. » 
Les Juifs cherchaient de nouveau à l'arrêter, mais il leur échappa. 
Il repartit pour la Transjordanie, à l'endroit où Jean avait commencé à baptiser. Et il y demeura. 
Beaucoup vinrent à lui en déclarant : « Jean n'a pas accompli de signe ; mais tout ce qu'il a dit au sujet de celui-ci était vrai. » 
Et à cet endroit beaucoup crurent en lui. 

 

 

Homélie

 La semaine dernière, trois dignitaires religieux de Bangui, la capitale de la République Centrafricaine, étaient de passage dans notre maison : l’archevêque, notre confrère, Dieudonné Nzapalainga, le pasteur Guérékoyame Gbangou et l’imam Omar Kobine Layama. Pour différentes raisons, qu’il serait trop long d’énumérer ici, nous avons voulu les interviewer.

Celle qui devait mener l’interview me fait part d’un petit problème : comment faut-il les appeler ? L’évêque, on sait que c’est « monseigneur », le pasteur, c’est « révérend », mais l’imam ? Bonne question ! Je n’en sais rien non plus, mais je la rassure, il faut rester simple, on va leur demander !

Le pasteur arrive le premier. Je lui pose la question : « Comment appelle-t-on un imam ? », et la réponse est simple, on l’appelle « éminence ». Je ne peux m’empêcher de lui faire remarquer que… heureusement, au paradis il n’y aura plus toutes ces complications.

L’évangile de ce matin nous le confirme. Pour Jésus, ce ne sont pas les titres qui comptent, ce sont les œuvres.

« J'ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider ? » 

A notre tour, multiplions les « œuvres bonnes», celles qui plaisent à Dieu.
Et je crois que nos trois croyants - catholique, protestant, musulman - qui viennent de sillonner le monde, ensemble, unis, pour supplier les nations de ne pas abandonner leur pays en proie à la folie, ces trois croyants nous donnent un bel exemple.

Ils avaient beaucoup de choses à nous dire, et il a fallu couper pour réaliser une vidéo qui ne dure pas plus de dix minutes. Plus long, elle risque de ne pas être regardée !

Mais au-delà des paroles, c’est leur action qui parle avant tout : à l’ONU, à Bruxelles, à Genève, à Rome… partout où ils sont passés, ils ont montré que l’on peut être différent et unis. Et plus que les paroles, la photo où ils se tiennent la main tous les trois vient confirmer ce que Jésus disait : « Si je n'accomplis pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les accomplis, quand bien même vous refuseriez de me croire, croyez les œuvres. »

Remercions le Seigneur qui met sur notre route de tels exemples, continuons à croire et multiplions nous aussi, les œuvres bonnes!

Gérard Warenghem

 

"Les oeuvres bonnes"

Commenter cet article