Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui...

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix
- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.

- Si vous n'avez jamais été dans la peur et le danger d’une guerre, d'un bombardement, de terrains minés, d’enlèvements par des groupes armés, vous êtes mieux que 1 milliard de personnes.
- Si vous pouvez parler et agir en accord avec votre foi et vos convictions, sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre.
- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.
- Si vous lisez ce message, vous êtes vraisemblablement une personne chanceuse!
(Texte derivé de "State of the Village Report" de Donella Meadows)

RÉFLEXION

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix

Accueillir le Royaume de Dieu en petit enfant


Ce n’est pas la misère en soi qui est belle, mais le fait que la personne frappée par la misère garde sa beauté. On ne peut utiliser le Beau dans la relation avec la souffrance que si l’on a assumé en soi la conscience du sacré de la personne ? Elle est piétinée, maltraitée, souillée, mais c’est une personne, un être capable de connaissance, de choix, d’amour !
On peut avoir sans être. Quand on a toutes les sécurités, on peine à s’en détacher et à passer à l’être. Le détachement du coeur est un exercice difficile qui demande une conversion, quel que soit notre statut social
Il va falloir savoir aimer, consentir à apprendre à aimer
. Combien cela est autre exigence que l’instinct ! C’est exigence de liberté. Et de cette liberté la plus extrême, la liberté volontaire pour se livrer, pour se lier
365 méditations -Paroles de vie de l’Abbé Pierre

Publié par C. Thuet

 

CHERES AMIES,
CHERS AMIS

JE VIENS DE RECEVOIR UN MAIL DU RÉSEAU SOLIDARITÉ POUR DEMANDER UNE ACTION CONTRE LES APE:

BONNE LECTURE

BONNE ACTION
CHRISTIAN

Les Accords de Partenariat Economique entre l’Union européenne et les pays ACP


Depuis la décolonisation, l’Union européenne (UE) et les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) entretiennent des relations étroites destinées à promouvoir le développement de ces 77 pays du Sud. Les diverses conventions signées entre les deux régions (Conventions de Yaoundé puis Lomé) ont représenté un nouveau mode de partenariat Nord-Sud associant un système de préférences commerciales (accès libre pour la majorité des produits ACP sur le marché européen) à une importante aide au développement. En 2000, l’Union européenne a décidé de revoir sa politique de coopération avec ces pays et de négocier des accords de libre-échange, dont l’entrée en vigueur est prévue le 1er janvier 2008: ce sont les Accords de partenariat économique (APE), justifiés par la nécessaire mise en conformité avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Comme l’ont montré de nombreuses études dont certaines commanditées par l’UE, les impacts potentiels de tels accords s’annoncent dramatiques pour les pays ACP. La mise en concurrence d’économies aussi inégales se fera forcément au détriment des plus pauvres. Ainsi, dans le secteur agricole, la concurrence des produits européens appauvrira-t-elle de nombreux paysans du Sud. La libéralisation des services ou de l’investissement menacera les emplois et risque d’hypothéquer le développement de ces pays.
Le rapport de force entre les deux zones et le rythme accéléré des négociations peuvent entraîner pour les pays de la zone ACP des conséquences négatives sur le plan économique et social, mais aussi remettre en cause leur capacité à choisir leurs propres stratégies de développement.

Les négociations des APE, qui ont démarré en 2002, doivent aboutir au 31 décembre 2007. La Commission européenne fait pression sur les négociateurs des pays ACP pour boucler au plus vite les négociations, mais aussi pour imposer sa vision des accords, en dépit des doutes émis par certains de ces pays. Bien qu’elle soit censée proposer des alternatives aux APE aux pays ACP qui le souhaitent, elle ne l’a toujours pas fait. Les sociétés civiles des pays ACP rappellent que leurs dirigeants ont aussi leur part de responsabilité. Ils doivent intégrer pleinement la société civile et les parlementaires dans les négociations, mais aussi définir et mettre en œuvre des politiques commerciales au service de leur population.

Les sociétés civiles, du Sud comme du Nord, entendent se mobiliser pour réorienter, tant qu’il en est encore temps, la direction des discussions, et faire de ces accords de véritables outils au service du développement. C’est dans ce cadre que Peuples Solidaires est partenaire de la campagne «Les APE: l’OMC en pire?» lancée en octobre dernier par Oxfam France-Agir Ici.
Peuples Solidaires a également co-organisé au Forum Social Mondial de Nairobi en janvier dernier un atelier faisant le bilan des campagnes menées sur les APE. A l’occasion de ce Forum et face à l’urgence de la situation,  l’ensemble des organisations anglophones et francophones en Europe et dans les pays ACP ont décidé de relayer la cyber-pétition lancée par la campagne Economic Partnership Agreements (EPA).

Réseau-Solidarité vous invite donc à envoyer un message à la Chancelière allemande Angela Merkel qui se réunira avec le reste des leaders de l'UE tout au long de la Présidence allemande.
Demandez-lui d'écouter les préoccupations des pays pauvres et d'empêcher l'application des ces accords économiques injustes en vous rendant sur le site:
http://www.epa2007.org/main.asp?id=344

Réseau-Solidarité / Peuples Solidaires
10 quai de Richemont - 35000 RENNES (France)
Tél. : 00 33 2 99 30 60 53 / Fax : 00 33 2 99 30 39 30
reseau-solidarite@peuples-solidaires.org
www.peuples-solidaires.org <http://www.peuples-solidaires.org/
>
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article