Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui...

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix
- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.

- Si vous n'avez jamais été dans la peur et le danger d’une guerre, d'un bombardement, de terrains minés, d’enlèvements par des groupes armés, vous êtes mieux que 1 milliard de personnes.
- Si vous pouvez parler et agir en accord avec votre foi et vos convictions, sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre.
- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.
- Si vous lisez ce message, vous êtes vraisemblablement une personne chanceuse!
(Texte derivé de "State of the Village Report" de Donella Meadows)

RÉFLEXION

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix

Accueillir le Royaume de Dieu en petit enfant


Ce n’est pas la misère en soi qui est belle, mais le fait que la personne frappée par la misère garde sa beauté. On ne peut utiliser le Beau dans la relation avec la souffrance que si l’on a assumé en soi la conscience du sacré de la personne ? Elle est piétinée, maltraitée, souillée, mais c’est une personne, un être capable de connaissance, de choix, d’amour !
On peut avoir sans être. Quand on a toutes les sécurités, on peine à s’en détacher et à passer à l’être. Le détachement du coeur est un exercice difficile qui demande une conversion, quel que soit notre statut social
Il va falloir savoir aimer, consentir à apprendre à aimer
. Combien cela est autre exigence que l’instinct ! C’est exigence de liberté. Et de cette liberté la plus extrême, la liberté volontaire pour se livrer, pour se lier
365 méditations -Paroles de vie de l’Abbé Pierre

Publié par

 

Près de 90 villages sénégalais et maliens

s'engagent à abandonner l'excision

KOLDA (Sénégal) (AFP) - 14.03.2011 11:32

 photo_1300102288696-1-0.jpg

 

Des femmes rassemblées pour demander l'abandon de l'excision dans le village de Malicoinda Bambara au Sénégal, le 5 août 2007

 

Des représentants de près de 90 villages sénégalais et maliens se sont engagés à abandonner l'excision lors d'une cérémonie solennelle dans l'est du Sénégal, frontalier du Mali, a-t-on appris lundi auprès d'une ONG locale.

Cette cérémonie "de déclaration d'abandon de l'excision et des mariages précoces et forcés des filles", a regroupé environ 1.500 participants représentant "70 villages sénégalais et 19 villages maliens" à Gathiary, localité de la région de Tambacounda, a indiqué à l'AFP Ali Ba, de l'ONG Tostan qui lutte pour l'abandon des mutilations génitales féminines (MGF).

Il s'agit de populations majoritairement mandingue et soninké, deux des communautés pratiquant le plus les MGF qui, selon Tostan, affectent deux à trois millions de filles et femmes chaque année en Afrique notamment.

"Cette déclaration nous a fait atteindre 4.751 communautés sur les 5.000 ciblées (par Tostan) au Sénégal depuis 1997", a ajouté M. Ba, selon qui des chefs religieux sénégalais et maliens ont été impliqués dans la campagne et ont animé des "rencontres de sensibilisation intervillageoises" dans les deux pays avant la cérémonie de Gathiary.

Kalidou Sy, coordinateur national de Tostan, a précisé que la manifestation s'est déroulée en présence de responsables sénégalais mais également mauritaniens. "Il s'agit pour Tostan d'accompagner les populations à faire la promotion de la stratégie transfrontalière" en matière de lutte contre les MGF, a souligné M. Sy.

Le Sénégal a adopté en 1999 une loi interdisant l'excision, mais la pratique persiste dans certaines communautés, où les filles sont excisées en cachette ou conduites dans des pays voisins où les MGF n'est pas pénalisée pour y être excisées, d'après des acteurs de la lutte sur le terrain.

© 2011 AFP

 

 


Commenter cet article