Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Aujourd'hui...

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix
- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.

- Si vous n'avez jamais été dans la peur et le danger d’une guerre, d'un bombardement, de terrains minés, d’enlèvements par des groupes armés, vous êtes mieux que 1 milliard de personnes.
- Si vous pouvez parler et agir en accord avec votre foi et vos convictions, sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre.
- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.
- Si vous lisez ce message, vous êtes vraisemblablement une personne chanceuse!
(Texte derivé de "State of the Village Report" de Donella Meadows)

RÉFLEXION

Congrégation du Saint Esprit: Justice et Paix

Accueillir le Royaume de Dieu en petit enfant


Ce n’est pas la misère en soi qui est belle, mais le fait que la personne frappée par la misère garde sa beauté. On ne peut utiliser le Beau dans la relation avec la souffrance que si l’on a assumé en soi la conscience du sacré de la personne ? Elle est piétinée, maltraitée, souillée, mais c’est une personne, un être capable de connaissance, de choix, d’amour !
On peut avoir sans être. Quand on a toutes les sécurités, on peine à s’en détacher et à passer à l’être. Le détachement du coeur est un exercice difficile qui demande une conversion, quel que soit notre statut social
Il va falloir savoir aimer, consentir à apprendre à aimer
. Combien cela est autre exigence que l’instinct ! C’est exigence de liberté. Et de cette liberté la plus extrême, la liberté volontaire pour se livrer, pour se lier
365 méditations -Paroles de vie de l’Abbé Pierre

Publié par simmcssp


Aller avec audace à la rencontre de l'autre

C'est à la demande de l'Eglise qui est en Gironde qu'il y à un peu plus de 15 ans j'ai reçu du Cardinal Pierre Eyt, archevêque de ce diocèse, à l'époque, la mission de responsable de l'aumônerie diocésaine des Gitans et des gens du voyage.

La grande communauté diverse et variée des Gens du Voyage, Gitans , Manouches, Roms, est depuis bien longtemps marginalisé par les gadgés, c'est à dire les sédentaires. Victime en grand nombre de la barbarie nazi, ils sont encore aujourd'hui des indésirables, des inclassables, des gêneurs. Victimes de stéréotypes et de généralisations dont les mass médias se font trop souvent l'écho. Leur choix de vie, leurs coutumes, leurs traditions dérangent et expliquent en partie le phénomène d'exclusion vieux de plus de mille ans.
Les tsiganes sont profondément religieux. Il suffît pour s'en rendre compte de participer aux nombreux pèlerinages qui jalonnent leur vie de croyant. Que ce soit aux Saintes Maries de la Mer, à Lourdes, ou dans les petits pèlerinages diocésaines, c'est toujours une même dévotion celle d'une religion populaire ou l'on aime à travers des signes et des symboles qui peuvent parfois étonner par leur démesure dire sont attachement à Dieu, à Marie, à l'église. .<br><br>

A travers encore des liturgies qui peuvent parfois surprendre l'observateur extérieur par leurs dimensions festives et leur apparence désordonnée c'est vraiment une foi profonde qui s'expriment, une prière véritablement porteuse de la vie quotidienne de ce peuple souvent trop mal perçu et marginalisé par la société environnante. .<br><br>

Les gens du voyage ont tout autant que d'autres droit à ce que leur différences soit reconnues, elles sont souvent le fruit de richesses culturelles dont notre société auraient bien besoin de s'inspirer, par l'exemple celle de la famille, du respect des anciens, des enfants, de la nature.
Après toutes ses années passées avec et au milieu des gens du voyage je crois vraiment être en parfaite cohérence avec ce que le chapitre provincial des Spiritains de 2009 donnait comme appel à " oser " dans son message aux confrères cette parole:

" Avançons en confiance sur les chemins de la mission. A la suite du Christ, nous sommes appelés à être des Passeurs de frontières et à aller avec audace à la rencontre de l'autre ".

La rencontre de l'autre reste, surement, la tâche la plus passionnante, mais aussi la plus difficile. Quand cet autre est mal perçu mal compris et trop souvent considérer comme un gêneur. Les gens du voyage continuent à faire peur, les journaux, les médias entretiennent les vieilles images des gitans voleurs de poule, sans foi ni loi. Si j'en conviens tout n'est pas parfait chez les gens du voyage, l'amalgame là comme ailleurs n'est certainement pas le bon moyen de comprendre l'autre. Etre aumônier des gens du voyage c'est vivre cette réalité au quotidien, c'est se sentir pleinement solidaire et témoins de ce qui peut construire des lendemains de paix, de justice et de fraternité. .<br><br>


Le vieux Kalo, et son épouse Négrita me disait à la fin de notre petit pèlerinage diocésain de Verdelais. " Si les gadgé ne nous aiment pas c'est parce qu'ils nous connaissent pas, si ils vivaient avec nous ils sauraient qui nous sommes "
Un constat s'impose: de tout temps, la situation du monde, tous pays confondus, est marquée par la difficulté pour les hommes de se reconnaître, de s'accueillir, de s'accepter dans toute leur diversité.<br>
Il n'est pas un jour sans que nous soyons témoins de formes infiniment variées d'intolérance, de refus de l'autre, de racisme ...

Se faire accueillir autant qu'accueillir.

Alors je ne peux que vous inviter à venir rencontrer ces hommes et ses femmes, ces enfants et ces jeunes vers qui je suis envoyé. A partager avec eux le bonheur de la rencontre. Vivre la Visitation en se rendant disponible pour recevoir et donner.

Gilbert Tenailleau